Après avoir exprimé vos attentes vis-à-vis de la démarche vous allez analyser votre parcours passé puis vos motivations et envies, pour que votre projet soit conforme à vos aspirations.

Les objectifs du bilan de compétence.

Avant de partir tous azimuts, le bilan permet de savoir si on se sent apte à s’engager dans telle ou telle voie. C’est aussi un excellent moyen de s’armer d’un argumentaire solide pour soutenir sa candidature et affronter les entretiens d’embauche. Le changement de région peut aussi imposer d’explorer d’autres postes, si votre profession actuelle se fait rare là où vous comptez vous installer.

Attention, attendez-vous à être déstabilisé car un bilan de compétences n’est pas sans conséquences. Si vous pointez certaines faiblesses au regard du projet envisagé, considérez-les dans une optique constructive, pour anticiper les moyens de combler les écarts et de prévoir les solutions.

Un bilan de compétences inclut 24 heures de rendez-vous balisées mais pour que le bilan porte ses fruits, vous devrez prévoir un capital temps supérieur pour des démarches personnelles ou des plages de réflexions.

En synthèse, le bilan de compétences inclut au moins dix heures d’entretien. Les séances se répartissent sur une durée de trois semaines à trois mois. À cela, il faut ajouter une rencontre pour effectuer le suivi six mois après l’issue du bilan.

Le bilan côté pratique.

Un bilan coûte entre 1 500 et 2 500 euros, voire beaucoup plus selon les prestataires. Seuls les bilans effectués dans un des centres agréés sont prises en charge par le Fongecif ou tout autre OPACIF (Organisme paritaire collecteur agréé du CIF), l’organisme potentiellement financeur de votre bilan. Pour obtenir l’information, vous pouvez contacter le Fongecif de votre région qui vous indiquera à quelle structure vous adresser le cas échéant. Vous pourrez choisir votre centre de bilans dans la liste des prestataires habilités. Ne vous contentez pas de choisir un centre en fonction de son lieu d’implantation et de la distance à votre domicile ou à votre lieu de travail. Vérifiez la qualité de la prestation proposée, en particulier, la pertinence de l’offre au regard de vos attentes : méthodes et démarche. et sachez que le centre est tenu une totale confidentialité de la démarche.

Le dossier de demande de financement doit être déposé auprès de votre OPACIF trois mois avant le début du bilan.

Votre rémunération en cas d’absence est prise en charge à 100 %. Le coût du bilan est financé dans la limite de 2 500 euros maximum. Renseignez-vous auprès de votre OPACIF. Vous pouvez réaliser votre bilan hors temps de travail ce qui vous évite de demander l’autorisation à votre employeur.

Vous êtes salarié en CDI (contrat à durée indéterminée) : vous devez avoir travaillé cinq ans, dont un an dans l’entreprise actuelle. Pour les salariés non diplômés, 24 mois d’activité salariale suffisent, dont un an dans l’entreprise actuelle.

Vous êtes salarié en CDD (contrat à durée déterminée) : vous devez justifier de 24 mois d’activité salariale, consécutifs ou non, dont quatre mois en CDD dans les douze derniers mois précédant la demande.

Vous êtes salarié en intérim : vous devez demander le dossier au FAF-TT, l’organisme collecteur des fonds de formation destiné aux intérimaires.

Vous êtes demandeur d’emploi : le Pôle Emploi peut vous proposer une prestation équivalente.
Si vous êtes une femme et que vous n’êtes concernée par aucune de ces situations : Il existe peut-être des financements spécifiques. Contactez le CIDF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles) le plus proche de chez vous.