L’offre de loisirs montre des variations locales selon les villes et les régions. Etes-vous rando ou foot ? Devant la TV ou dans un stade ? Cinéma, sports, vie associative, dîner en ville, ou nuit endiablée en boîte…

L’offre de loisirs est trop riche et multiple pour faire l’objet d’un tableau d’ensemble. Quelques tendances, parfois évidentes, sont bonnes à connaître. Une grande part des loisirs se consomme d’abord chez soi : la télévision, le multimédia, les jeux en famille, recevoir des copains, le jardinage ou le bricolage etc. Et puis il y a tout ce qui se fait dehors, qui dépendra davantage du contexte local.

Si vous êtes cinéma, habitez à proximité d’une grande ville.

Question cinéma, si vous habitez en ville, le risque d’absence de salles de ciné est relativement faible : 82 % des communes entre 20 000 habitants et 50 000 habitants en sont pourvues, quasiment la totalité au delà. Cette situation favorable est loin d’être le cas dans d’autres pays européens, selon le centre national du cinéma. Cela dit, 23 départements concentrent la moitié des salles de cinéma, les mieux équipés étant sans surprise les départements le plus urbains mais aussi les plus touristiques, dans les Alpes et sur le littoral méditerranéen et atlantique. Merci donc au tourisme et aux étudiants, qui assurent une part importante des entrées.

La richesse de la pratique sportive en France.

Question sports, le tableau se complique très sérieusement. S’y mêlent :

  • les traditions sportives locales, liées elle-mêmes à l’histoire locale. Par exemple les villes fortement industrielles bénéficiaient souvent d’un bon niveau d’équipement et d’équipes sportives bien financées et soutenues.
  • les choix des communes de favoriser les équipements de quartier ou les équipements centraux, les équipes pro ou le sport amateur, etc
  • la place du sport dans les structures intercommunales, le regroupement dans la ville centre ou la répartition des équipements et structures d’animation sportive dans les différentes communes.

Le magazine L’Equipe, qui organise régulièrement « le challenge de la ville la plus sportive » de France, aime à souligner cette « variété des actions engagées dans les communes, qui fait la richesse de la pratique sportive en France ».

Une tendance peut toutefois être évoquée, la vie associative sportive, rapportée à 1000 habitants, est d’autant moins dense que la ville est grande. L’anonymat des grandes villes n’est pas qu’une légende.
Les sports de nature sont représentés dans toutes les villes.

Enfin, n’oubliez pas que les sports de nature ne sont guère pris en compte dans les chiffres souvent évoqués : on fait de la rando ou du VTT seul ou avec une bande de copains, peu en club. Dans ce domaine, l’offre relève un peu de l’évidence, étant très liée au contexte géographique : cela sera plutôt sports de neige et de montagne dans les massifs montagneux et kite-surf ou planche à voile sur le littoral.