Newsletter :

Sur la route de la Normandie

Sur la route de la Normandie

A 53 kilomètres à l'ouest de Paris, Mantes-la-Jolie, 43 000 habitants, est la troisième ville du département des Yvelines (78).

47 kilomètres la séparent de Versailles, la préfecture du département. S'étendant sur la rive gauche de la Seine, la ville constitue un carrefour entre la Normandie et l’Île-de-France. Elle est à proximité du parc naturel régional du Vexin français.
Mantes-la-Jolie n'est pas à confondre avec Mantes-la-Ville, ville de 20 000 habitants, dont elle est séparée par les lignes de chemin de fer.

Mantes-la-Jolie a pour communes limitrophes, Mantes-la-Ville au sud-est, Buchelay  au sud, Rosny-sur-Seine à l'ouest et, sur l'autre rive de la Seine, Guernes  au nord-ouest, Follainville-Dennemont au nord et Limay au nord-est.

Dotée d'une riche histoire notamment au Moyen-Age, puis en partie détruite par des bombardements en mai 1944, la ville recouvre des entités urbaines contrastées, du centre historique au grand ensemble du Val Fourré.

Côté transports

La ville bénéficie de deux gares, Mantes-la-Jolie et Mantes-Station.
Elles sont desservies par :
- trois lignes du Transilien au départ de Paris-Saint-Lazare : direction Vernon via Poissy par la rive gauche de la Seine, direction Bréval via Poissy et direction Mantes-la-Jolie via Conflans-Sainte-Honorine par la rive droite de la Seine.
- une ligne du Transilien au départ de Paris-Montparnasse, via Plaisir-Grignon, sur la rive gauche de la Seine.

Le prolongement de la ligne E du RER, souvent évoqué et souvent reporté, serait récemment remis sur les rails, et les études relancées.

La gare de Mantes-la-Jolie est également desservie par liaison directe depuis Paris-Saint-Lazare par plusieurs lignes SNCF Intercités et TER, notamment vers Évreux, le Havre, Trouville-Deauville. Enfin, la gare de Mantes-la-Jolie est desservie par trois lignes TGV transversales contournant Paris.

En voiture, Mantes-la-Jolie est traversée d'est en ouest par la RN 13 dans la direction est-ouest et bénéficie de la proximité des autoroutes A13 et A14 au sud de la ville.

Côté urbanisme et habitat

Une, deux ou trois villes ? On l'a dit, Mantes-la-Jolie est composée d'entités distinctes, marquées par de fortes disparités sociales et urbaines. Malgré les destructions et la rénovation, le centre ville, en partie historique et plutôt bourgeois, contient l'essentiel du patrimoine ancien de Mantes, dont la belle Collégiale Notre-Dame qui domine la Seine.

Résidentiel, le quartier de Gassicourt, issu d'un village qui fut rattaché à Mantes en 1930, se partage entre maisons bourgeoises et pavillons. Un important et ambitieux programme immobilier, plus dense, y est actuellement en cours de réalisation.

Edifié entre 1959 et 1977, le Val-Fourré représenta l'un des plus importants grands ensembles construits en région parisienne avec 8 300 logements. Longtemps isolé du reste de la ville, il fait l'objet d'opérations de démolitions et de réaménagements et compte désormais 6 300 logements et environ 20 000 habitants.

Le futur de Mantes-la-Jolie se situe aussi dans la zone des Hautes-Garennes, à l'ouest du quartier du Val-Fourré, qui abrite déjà le nouvel hôpital et qui doit se développer dans les prochaines années.

Côté vert et bleu

Implantée le long de la Seine, Mantes-la-Jolie a toujours été exposée aux débordements du fleuve. Cette contrainte n'a pas que des inconvénients, car elle impose de laisser vierges de constructions de vastes espaces le long du fleuve. Le tiers de la surface communale est ainsi constitué d'espaces naturels, situés en grande partie à proximité de la Seine et sur les deux îles, l'île aux Dames et l’île l'Aumône, (ou île de Limay). Cette dernière abrite même une réserve ornithologique.
Les habitants de Mantes-la-Jolie peuvent également profiter de plusieurs lacs et plans d'eau aménagés près des rives  du fleuve.

Côté économie

Le développement économique de Mantes s'appuie sur plusieurs centres d'affaire, la Zone Franche Urbaine (ZFU) du Val Fourré. Mantes-la-Jolie fait partie du projet Opération d’Intérêt National (OIN) Seine Aval.

Évolution démographique de la ville

1968 : 26 062 habitants
1982 : 43 564 habitants
1999 : 43 672 habitants
2007 : 42 916 habitants 
42 365 habitants vivent à Mantes-la-Jolie soit une densité de 4 516,5 habitants/km²

Côté politique

Résultats des élections présidentielles de 2012
François Hollande 67,05 % - Nicolas Sarkozy 32,95 %

Autour de Mantes-la-Jolie

Intercommunalité : Communauté d'agglomération de Mantes en Yvelines (douze communes)

Voir la carte des quartiers de Mantes-la-Jolie.

Commenter
Ajouter à mon agenda
Ajouter à mon espace personnel
Vos Commentaires :
- Aucun commentaire
Webmaster.
Créez un espace rédactionnel sur votre ville.
Changerdeville.fr, la vitrine des Collectivités.
 > Espace collectivités.
Où déménager ?
Trouvez votre future ville avec notre palmarès interactif.
Dans quelle ville habiter ?
 > Ma future ville
Nouveau projet professionnel ?
10 000 offres d'emploi avec Cadremploi.
Recherche d'emploi
 > Voir les offres emploi
Acheter un logement
Gagnez du temps et de l'argent avec un coach
Comment acheter son logement immobilier
 > En savoir plus
Où habiter ?
Recherchez votre futur quartier avec notre outil exclusif.
Je recherche un logement
 > Mon futur quartier